Faubourg Blanchot
77.96.77

Le jus de fruit en question…

Le jus de fruit en question…

Le sujet de la santé est envahi de « fake news », ou fausses informations.

Entre le lobby pharmaceutique, le lobby agroalimentaire, le lobby des grandes surfaces et celui de la publicité, nous sommes pilonnés de fausses informations sur notre santé et notre alimentation.

Des efforts qui rendent malades

Problème, ces « Fake News » sont reprises et cautionnées par les autorités de santé.

À force de désinformation, beaucoup de Français tombent malades.

Ils sont convaincus de se faire du bien. Ils font des sacrifices. Ils dépensent. Mais ils ruinent leur santé !!

Alors, êtes-vous concerné vous aussi ? Faites-vous certaines de ces erreurs fatales inspirées par la manipulation médiatique ?

Cette petite fille bien élevée respecte les consignes ! Croyant faire du bien à sa santé, elle est en réalité en train d’augmenter son risque de diabète de 21 %.

Et pourtant, les études scientifiques sont formelles : boire du jus d’orange le matin est aussi mauvais que de boire du Coca-Cola.

Le jus de fruits contient autant de sucre que les boissons gazeuses, et parfois encore plus [2] !

Une étude de l’université de Harvard révèle que les jus de fruits sont aussi coupables que les sodas dans l’épidémie de diabète, de maladies cardiovasculaires et de cancers. Boire un verre de jus de fruits frais par jour augmente le risque de diabète de 21 % [3] !

Un verre de jus d’orange ou de pomme contient autant de sucre et plus de calories qu’un verre de Coca-Cola [4].

Peu importe que le jus soit fraîchement pressé ou sorte d’une bouteille à base de concentré.

Le sucre est là, hyperassimilable. Il passera comme un missile à travers l’intestin et dans le sang. Il fera brusquement monter la glycémie, entraînant une décharge d’insuline qui provoquera une crise d’hypoglycémie sur le coup des 11 heures.

Les spécialistes en nutrition de Harvard recommandent au contraire de manger des fruits frais entiers, en particulier des myrtilles, du raisin et des pommes, qui sont liés à un risque plus faible de diabète de type 2 [5].

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *